Voiture électrique : 5 modèles à moins de 100 € par mois

Actualités France Dossiers pratiques

Publication ou dernière mise à jour le 15/03/2022

A l’heure de la hausse des prix du carburant, l’électricité devient une solution attractive pour de nombreux automobilistes. Pouvez-vous passer à une voiture électrique avec un petit budget ? Nous passons en revue les meilleures offres du moment.

Ce ne sont pas seulement les grosses berlines ou les gros SUV. Les citadines électriques sont également à l’honneur pour reconstituer le parc automobile français, dont une partie menace de ne plus pouvoir accéder à certains grands centres urbains dans les années à venir. Certains constructeurs essaient donc de proposer des véhicules plus abordables. Voici 5 voitures électriques disponibles en France pour moins de 100 euros par mois. Mais attention, l’apport ou la durée peuvent aussi changer la donne… Et l’autonomie reste bien entendu le principal critère d’achat d’une voiture électrique.

Le MG ZS : le SUV électrique chinois à 99 € par mois

Immédiatement en dessous de la barre fatale des 100 € par mois, on retrouve MG ZS. L’offre se réfère bien entendu à la version initiale, équipée d’une batterie de 49 kWh. Lire aussi : Tesla supprime les nouveaux tarifs du Roadster et semble avoir épuisé la série Founders de 250 000 $. Mais ce SUV électrique compact chinois pas cher est le plus grand modèle de notre choix avec ses 4,32m, mais aussi celui offrant la plus grande autonomie à 320km (WLTP). À ce prix, le chargeur intégré reste à 6,6 kW AC, et la charge rapide est au maximum de 92 kW.

Mais sous le montant attractif de la mensualité se cache un coût de possession plus élevé. A ce prix, MG ZS demande une avance de 4 500 € après déduction du bonus. Bien entendu, vous pouvez déduire cette dernière de votre cotisation si vous bénéficiez de la prime d’annulation. En seulement deux ans, la durée du contrat n’est pas des plus favorables. Si vous souhaitez amortir la cotisation pendant cette période, le ZS est de 286,5 €/mois. Ce qui en fait évidemment le plus cher des 5 modèles de notre liste…

InsideEVs Logo
Ceci pourrez vous intéresser :
Le Rivian R1T a tant promis lorsqu’il a été révélé aux côtés…

Hyundai Kona électrique 39 kWh

Dans sa version avec une batterie de 39 kWh, le Hyundai Kona s’affiche également à partir de 99 euros par mois. La contribution est ici de 4 600 €, mais sera étalée sur 3 ans de la durée du bail. Cela conduit finalement à un coût mensuel sur la période totale de 223,32 € par mois. Lire aussi : Tesla (TSLA) annonce avoir installé 250 000 Powerwalls. Avec son autonomie de 305 km (WLTP), Kona semble être une offre attractive si l’on relie notre coût mensuel à l’autonomie… Avec 76,22 € par mois pour une autonomie de 100 km, c’est le deuxième modèle de la gamme. De plus, avec une autonomie proche de la MG, mais une batterie 20 % plus petite, elle sera probablement aussi moins chère à faire fonctionner.

A voir aussi :
Volkswagen vient de dévoiler officiellement sa nouvelle compacte électrique ID.3. Découvrez les…

Dacia Spring à 3 €/jour

C’est une Dacia Spring qui arrive en 3ᵉ de notre choix. Le constructeur communique à un prix de 3€/jour, soit 90€/mois. Lire aussi : La future Porsche 935 prend des couleurs. Après déduction de la prime environnementale, limitée en raison du prix plutôt bas du modèle de base, la contribution restante est de 2 500 € hors prime à la conversion, dont tout le monde ne profite pas.

L’offre de Dacia étant plus longue, 49 mois, l’impact de cet apport est encore réduit. Entre le loyer mensuel et la caution, il en coûte en réalité 141 € par mois. Avec son autonomie supérieure à 200 km, la Spring est le modèle avec le coût mensuel le plus bas aux 100 km d’autonomie.

Dresdner Verkehrsbetriebe commence à construire des bornes de recharge pour e-bus - electrive.com
Sur le même sujet :
Pour l’utilisation prochaine de 20 bus électriques, la Dresden Transport Authority (DVB)…

Renault Twingo : la citadine électrique à 79 € par mois

Étonnamment, la Renault Twingo semble être moins chère que la Dacia Spring avec une offre à 79 € par mois, qui comprend également un apport de 2 500 € après déduction du bonus (également limité). Ce montant s’étale sur un an de moins qu’avec Dacia. Si vous souhaitez compléter votre cotisation durant cette période, cela revient donc à un coût mensuel de 146,57 €. C’est à peine plus que le printemps.

Malgré cela, la Twingo a une autonomie plus courte, estimée à 190 km en cycle mixte WLTP. Dans notre indicateur mensuel de prix de l’autonomie, la petite Renault grimpe ainsi à 77,14 euros par mois. Tout d’abord, il faut préciser qu’il s’agit de la seule offre qui ne permet pas de dépasser les 10 000 km/an. Il est donc réservé aux petits conducteurs.

Citroën Ami : l’alternative sans permis pour 19,99 € par mois

Chez Citroën, nous avons baissé les prix avec la petite Ami. Avec seulement 20 euros par mois, c’est une offre imbattable. Cependant, une contribution de 2 600 euros devra être prise en compte. Comme chez Dacia, l’offre devrait durer 4 ans. En plus de compléter votre apport, le coût mensuel nous rapporte 74,16 €/mois, soit la moitié du prix d’une ressort ou d’une Twingo. Mais sur une période de 4 ans, le coût total approche les 60% de la valeur d’origine de la voiture…

Outre le tarif attractif, il faudra faire face aux limitations de la catégorie, limitée à 45 km/h, et se contenter d’une petite autonomie de 75 km…

Conclusion : quelle est la meilleure électrique à petit prix ?

Le succès du Spring est compréhensible car il semble être l’une des offres les plus attractives, avec une autonomie décente. La Twingo sera une offre à envisager uniquement pour les petits conducteurs, tant du fait de son autonomie que du fait de son offre kilométrage annuel limité. Quant à l’Ami, prix imbattable, mais usage limité en milieu urbain.

Et les SUV ? MG ZS et Hyundai Kona baissent leurs prix de 99 euros par mois. Mais on leur sert un apport très élevé, ce qui gagnerait sans doute à être étalé sur une période un peu plus longue. Surtout en MG. Les mêmes conditions sur une période de 4 ans réduiraient en théorie le coût mensuel à moins de 200 € par mois. Et leur ratio de dépenses mensuelles et d’autonomie se rapprocherait finalement de celui du printemps.