Renault envisage une vente de parts de Nissan qui pourrait financer la transition vers les véhicules électriques

Actualités France

Publication ou dernière mise à jour le 26/04/2022

Le constructeur automobile français Renault envisage de vendre au moins une partie de sa participation dans le constructeur automobile japonais Nissan pour financer sa transition vers une gamme entièrement électrique dans les années à venir. Les actions de Nissan ont chuté de plus de 6% autour de la nouvelle.

Renault a déclaré qu’il envisageait au moins une vente partielle de sa participation dans Nissan, car il envisage de séparer ses activités de véhicules électriques et de moteurs à combustion, un peu comme Ford l’a fait plus tôt cette année. La scission, selon Renault, aiderait le constructeur automobile à se concentrer sur l’avancement de son activité de véhicules électriques pour rattraper les leaders de l’industrie comme Tesla, Volkswagen et d’autres. Bloomberg initialement rapporté l’histoire vendredi.

Après avoir publié vendredi ses résultats financiers et de production du premier trimestre 2022, Renault a annoncé toutes les options disponibles pour le constructeur automobile pour séparer ses activités de véhicules électriques et de moteurs à combustion l’une de l’autre. Cela comprenait une éventuelle cotation publique en 2023 au cours du second semestre de l’année. Les plans devraient être approuvés par le partenaire de l’alliance Nissan, a déclaré le directeur financier Thierry Pieton. Nissan était « dans la boucle » avec Renault pendant que le constructeur pesait ses options.

Au moment d’écrire ces lignes, l’action Nissan était en baisse de 6,36% depuis vendredi matin, lorsque Renault a annoncé son intention potentielle d’explorer une vente de participation dans Nissan.

En janvier, Nissan et Renault ont annoncé un plan d’investissement de 26 milliards de dollars qui obligerait les deux sociétés à travailler en étroite collaboration pour fabriquer des voitures électriques. Cependant, le partenariat a été tout sauf fluide, en particulier au Japon. Renault détient 43,4% de Nissan, qui détient également une participation de 15% sans droit de vote dans son actionnaire. Renault a sauvé Nissan de la faillite grâce à un renflouement en 1999, mais produit moins de véhicules par an que la société japonaise.

Renault a déclaré avoir livré 552 000 véhicules au premier trimestre dans le monde, avec la plus grande part de marché…

Source : www.teslarati.com