Essai du MG Marvel R, le SUV électrique classe affaires

Actualités France Essais voitures électriques

Publication ou dernière mise à jour le 29/03/2022

En 2005, la marque MG avait été écartée du paysage automobile européen. Pourtant, elle est de retour sur le Vieux Continent avec une gamme de SUV électrifiés. Le Marvel R, un SUV familial 100% électrique présente de nombreuses caractéristiques.

La marque britannique n’était plus vraiment sur le devant de la scène depuis 2007, date à laquelle elle a été rachetée par le groupe chinois SAIC. Mais elle est de retour, et de façon plutôt inattendue. Les roadsters ont disparu, remplacés par une gamme de SUV électrifiés menée par le Marvel R. Ce SUV familial démarre à 34 000 euros avec des déductions de bonus. Il est également le moins cher du marché aux côtés de son compatriote Aiways U5. Un argument de taille sur un marché où les prix atteignent fréquemment les 50 000 EUR.

MG Marvel R

MG Marvel R, high-tech et confort au calme

Le nouveau SUV 100% électrique, dont le prix varie entre 40 000 et 50 000 euros selon la version, vient compléter les offres existantes du constructeur chinois, à savoir les modèles MG EHS et MG EV. Pour comparaison, son concurrent direct le SUV 100% électrique de Volkswagen ID.4 est proposé à un prix compris entre 40 000 et 60 000 euros. MG est également en train d’étendre son réseau et espère disposer d’une distribution de 60 à 80 points de vente physiques d’ici 2021.

Le Marvel R est bien décidé à se démarquer sur un marché saturé des SUV. Ses moteurs et sa technologie embarquée seront ses facteurs distinctifs. La Marvel R est disponible soit en version 4 roues motrices (AWD), soit en version propulsion. Le groupe motopropulseur AWD est composé de 3 moteurs électriques, un sur l’essieu avant et deux à l’arrière. Ce qui lui confère une puissance totale de 288 chevaux et 665 Nm. Ce sont de belles valeurs, mais le poids du groupe motopropulseur AWD est important : 1920 kg. Malgré cela, vous pouvez tout de même atteindre le 0 à 100 km/h en 4,9 secondes, ce qui est tout à fait remarquable pour un engin de ce type, avec une performance digne d’une très bonne sportive.

La version FWD aura deux moteurs sur l’essieu arrière qui produisent 180 ch ainsi qu’un couple de 410 Nm. Le 0 à 100 km/h est plus lent avec 7,9 secondes. Cependant, l’autonomie est légèrement meilleure avec 402 km dans le cycle WLTP, contre 370 km pour la version AWD. L’allègement de 110 kg permet de parcourir quelques kilomètres supplémentaires car la même batterie de 69,9 kWh est utilisée dans les deux cas. La MG Marvel R sera livrée avec un chargeur CA de 11 kW. Il peut être rechargé de 5 à 80 % en 43 minutes seulement dans une station de charge rapide à courant continu.

Ceci pourrez vous intéresser :
Piqué au vif par la révélation du Porsche Taycan ? Peut-être ……

MG Marvel R : 14 systèmes avancés d’aide à la conduite

Côté vie à bord, c’est exactement la même chose à l’intérieur. Il est loin le temps des modèles chinois qui n’étaient que de pâles copies des productions européennes et asiatiques. Le design est moderne avec un grand écran tactile de 14 pouces en position verticale très inclinée, des matériaux de haute qualité (cuir, tissu et plastiques moussés), et un assemblage soigné.

L’ergonomie est également excellente. Les commandes sont simples à utiliser, la position de conduite haute donne une bonne perception de la route, et le tableau de bord numérique est facile à lire. Seuls quelques petits détails témoignent de la jeunesse de la marque. Mais très franchement, l’impression à bord est très bonne, la conduite est douce, souple et agréable, l’ensemble est très silencieux, et je ne craindrai pas d’affirmer qu’il règne une ambiance « premium » à bord, avec un design de cockpit à mi-chemin entre le minimalisme tech d’une Tesla et l’esprit plus cossu d’un Audi Q4 (dont il se rapproche en termes de ligne et d’encombrement).

Le MG Pilot est doté de 14 systèmes avancés d’aide à la conduite, dont le régulateur de vitesse adaptatif et le freinage automatique d’urgence, les avertisseurs de collision, l’assistant de bouchon, l’assistant d’embouteillage, l’aide au maintien dans la voie et l’alerte anti somnolence du conducteur.

La connectivité et l’info-divertissement seront assurés par le MG iSmart System, qui offre une variété de services via le grand écran tactile central de 19,4 pouces. Le constructeur a montré que toutes les commandes physiques du chauffage ont été intégrées dans ce système. Nous espérons que l’ergonomie ne sera pas compromise. Il sera possible d’accéder à la navigation via Amazon Prime avec le trafic en temps réel, la recherche de stationnement, la météo et la musique en ligne. Apple CarPlay et Android Auto, ainsi que le Bluetooth, le hotspot wifi et un service de mise à jour over-the-air, sont inclus. L’application compagnon permettra de connaître l’état du véhicule, de le géolocaliser, de planifier un itinéraire, de gérer la charge et même de vérifier l’itinéraire.

Cependant, nous ne pouvons nous empêcher d’être déçus par le volume du coffre de 357 l. C’est encore moins que l’Aiways U5, 448 l, et le MG ZSEV (448 l). Le volume du coffre peut être porté à 1 396 l si la banquette est rabattue. Les versions RWD comprennent également un coffre de 150 litres à l’avant. Enfin, n’oubliez pas que le poids maximal de remorquage est de 750 kg. Le système V2L permet également aux batteries lithium-ion du MarvelR de fournir de l’énergie à un système électrique extérieur (par exemple, un scooter électrique, un vélo, etc.).

Lucid Air : la concurrente de la Tesla Model S détaille ses technologies embarquées
Ceci pourrez vous intéresser :
En attendant son arrivée (lointaine) sur nos routes, la Lucid Air continue…

Essai routier autonomie MG Marvel R : peut mieux faire

Nous avons donc essayé le MG Marvel R version AWD lors d’un roadtrip entre Mantes-la Jolie dans les Yvelines et Lyon début janvier, soit environ 515 km d’autoroute dans des conditions météo mixtes. La première partie entre Mantes et Avalon s’est déroulée avec une température relativement clémente (pour la saison) de 10 degrés et de jour avec un petit rayon de soleil d’hiver qui réchauffait l’air ambiant. Durant la deuxième partie, soit entre Avalon et Lyon, nous avons roulé de nuit avec un léger vent de face en rafales, un peu de grésil, et une température inférieure à 5 degrés.

Lorsque nous sommes partis de Mantes, les batteries étaient pleines à 100% et la jauge promettait les 370 km d’autonomie prévus. Nous avons fait une première recharge à l’aire Ionity de La Réserve, à 178 km du point de départ. La recharge a permis de récupérer 44,56 kWh en 40 minutes pour un montant de 32,39 euros. Il faut dire que si le Marvel R est capable de recharger jusqu’à 90 kW en crête, cette recharge s’est effectuée avec un débit moyen de 27,20 kW. On est loin des débits promis à la fois par le constructeur et par Ionity. Ce sera le cas pour les deux autres charges, mais l’explication tient dans le fait que d’une part il faisait très froid, et d’autre part nous n’avons pas réussi à activer le système de pré-conditionnement de la batterie, qui permet de la préchauffer et donc de charger plus vite.

Lors de cette recharge, et compte tenu de notre vitesse de roulage, entre 110 et 120 km/h (moyenne réelle 87 km/h), nous avons refait presque le plein car nous n’avions pas le choix si nous voulions rejoindre la prochaine station Ionity, celle de Mâcon Saint Albain, située à 251 kilomètres au sud. Problème, lors de cette charge, les données ont changé (vitesse + météo), et une fois la batterie pleine à plus de 90%, l’autonomie affichée était de… 250 km. Pas de quoi rejoindre Saint Albain en toute sérénité, et c’est dommage car cela se jouait à 10 ou 20 km près si l’on ne souhaitait pas prendre de risques. Nous avons quand même tenté le coup en passant en mode hypermiling, soit une vitesse stabilisée de 110 km/h et un chauffage réduit au strict minimum.

A mi-chemin, nous avons cru pendant quelques minutes que c’était gagné, car l’autonomie restante est passée devant la distance. En gros il nous restait 200 km à parcourir, et l’autonomie était de 205 km. Mais ça n’a pas duré longtemps, et nous avons donc dû nous résoudre à faire une charge intermédiaire à la station Ionity de Lochères. Ce qui induit un petit souci… Cette station n’est pas dans le bon sens de circulation, mais dans le sens sud-nord. Résultat, nous avons dû sortir de l’autoroute, faire demi-tour, charger, repartir vers le nord, sortir de nouveau à la première sortie, refaire demi-tour et reprendre l’A6 dans le bon sens.

Un détour d’environ 50 km et 30 minutes. Nous aurions pu chercher une autre solution plus compatible, mais il était tard et nous avions la flemme de nous embarquer dans un trip incertain au fin fond de la campagne bourguignonne. Ce détour n’a pas été trop fastidieux, et nous garantissait de pouvoir charger sans surprise chez Ionity (où les bornes sont de plus en plus fiables) tout en nous restaurant.

Mais bon, reconnaissons que c’est un peu ubuesque, et que l’on s’étonne chaque jour un peu plus de l’absence de station de recharge (Ionity, Fastned ou autre) sur l’A6 dans le sens nord sud entre La Réserve et Saint Albain. Espérons que ce vide soit comblé rapidement, ce qui réglera une grosse partie du problème des migrations électriques sur cet axe. Pour l’instant, seul Tesla fait le job avec des stations à moins de 200 km l’une de l’autre sur l’axe Paris méditerranée et dans les deux sens (puisqu’elles ne sont pas sur l’autoroute mais juste à côté).

Ce problème peut cependant ne pas se poser avec une auto ayant au moins 280 km d’autonomie autoroutière l’hiver à 130 km/h avec chauffage et vent de face, mais encore une fois à part Tesla et quelques autres modèles, c’est encore rare.

Au total nous avons donc parcouru 515 kilomètres, effectué 3 recharges pour un total de 128 kWh et un montant de… 90 euros, soit le prix que nous aurions payé avec une voiture thermique (essence ou diesel) au moment de l’essai, mais un peu moins au prix actuel. La faute à la recharge facturée à la minute chez Ionity et à une charge très lente, avec une moyenne de 39 kW sur l’ensemble de la durée des 3 charges. Quant à la consommation moyenne, elle s’établit sur ce trajet à 24 kWh/100 km.

Bref, un peu d’optimisation de toutes les parties (réseaux, voiture, vitesse de charge) et on y sera.

Un bilan mitigé donc pour ce Marvel, qui est définitivement une grande routière confortable et spacieuse… sans l’autonomie nécessaire pour réellement mériter cette qualification. Ou alors il faudra sacrifier un peu de performance et opter pour la version FWD à deux roues motrices, qui propose une autonomie supplémentaire de 40 km, ce qui aurait probablement permis d’effectuer le même trajet avec seulement deux recharges.

En conclusion

L’impression générale est cependant favorable, et le Marvel R emmènera 4 personnes dans des conditions de confort et d’espace remarquables, avec en prime cette touche tech et premium que l’on est en droit d’attendre aujourd’hui de ce type de véhicule.

Batteries : Stellantis va construire une Gigafactory avec LG
A voir aussi :
Résultat de la fusion entre le groupe Fiat et PSA, Stellantis vient…